Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Roch WAMYTAN
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie

Vidéos

Citoyenneté calédonienne socle du destin commun
Présentation d'une loi de pays proposant le drapeau du FLNKS comme drapeau du Pays                   
   
Bilan des déplacements dans la région du président du Congrès (coopération interparlementaire)         
       

Archives

17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 16:53

images-copie-3.jpg
J'ai convoqué la presse aujourd'hui à 12h00 pour exposer la situation de la réforme sur la fiscalité, et notamment sur la mission de M. Lieb Jean-Pierre qui était en mission dans notre pays.

J'ai tenu cette conférence de presse avec Caroline Machoro-Reignier (présidente de la Commission spéciale fiscalité). 

Voici mes propos :

Par courrier du 30 octobre 2013, j’ai sollicité le Ministre de l’économie et des finances publiques afin d’obtenir le concours de la direction générale des finances publiques (DGFIP) en la personne de Monsieur Jean-Pierre LIEB, inspecteur général des finances et Chef du service juridique de la fiscalité, pour une mission d’assistance auprès du congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Cette mission s’inscrivait plus particulièrement dans le cadre des travaux de la commission spéciale du congrès « chargée d’étudier les projets ou propositions de texte relatifs à la réforme globale de la fiscalité calédonienne » et des travaux préparatoires à la rédaction d’une proposition de texte réformant l’impôt sur le revenu calédonien.

Par ailleurs, M. LIEB n’est pas un inconnu sur le Territoire. Sur sollicitation du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le pays a pu bénéficier, depuis 2011 de son concours. Celui-ci s’est ainsi rendu à plusieurs reprises en Nouvelle-Calédonie pour recueillir les attentes des élus calédoniens, élaborer des rapports d’expertise dont il a assuré la restitution localement et pour proposer des scénarios de réforme.

Suite à la réponse favorable de M. Pierre MOSCOVICI, Ministre de l’économie et des finances en date du 11 décembre 2013, nous avons organisé la mission de MM. LIEB et LACRAMBE, agent de la DGIP, pour la période du 13 au 18 janvier, et pris en charge les frais de déplacement et d’hébergement.

Alors que la mission allait débuter, M. GAUCI, secrétaire général du Haut-Commissaire, m’a informé mardi matin que, sur instruction du cabinet du Premier ministre, la mission de M. LIEB était annulée et qu’il devait repartir par le premier avion. Je dois avouer que j’ai été « très surpris et choqué » de cette décision et notamment de la manière dont cette information m’a été délivrée sans que je n’ai été consulté préalablement. En outre, j’ai été obligé d’annoncer cette information à M. LIEB, fraîchement débarqué la veille au soir, qui en est resté interloqué.

Cet événement s’inscrit dans un contexte de dysfonctionnement des institutions calédoniennes à la veille des échéances importantes de 2014. 

Selon les informations délivrées par M. GAUCI, des interventions ont été faites auprès du cabinet du premier ministre qui auraient abouti à la décision d’annulation d’une mission de conseil auprès d’une commission du congrès. 

Or, je rappelle que le congrès de la Nouvelle-Calédonie est la première institution du pays, qui dispose du pouvoir législatif particulièrement en matière fiscale. Il doit être libre de s’attacher les services d’experts indépendants pour le fonctionnement de ses commissions qui reflètent la composition pluraliste de l’assemblée. La démocratie naît du débat entre des institutions indépendantes, le congrès et le gouvernement, qui collaborent ensemble.

Suite à l’appel de M. GAUCI, j’ai fait parvenir dès lundi un courrier adressé au Premier Ministre, pour lui demander des éclaircissements sur cette affaire. J’ai également saisi le Ministre des Outre Mers et le Ministre de l’économie et des finances. Ces courriers restent à ce jour, toujours sans réponse. Quoiqu’il en soit, MM LIEB et LACRAMBE sont repartis hier soir. Leur mission n’a donc pu se dérouler dans un climat serein et ils n’ont pu procéder aux auditions nécessaires auprès des organismes tiers. 

Je tiens à manifester mon mécontentement vis à vis de cette décision qui bafoue les prérogatives du congrès de la Nouvelle-Calédonie. D’une part, la décision de l’Etat d’annuler la mission de M. LIEB paraît prendre parti envers le seul président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie sans respecter les équilibres institutionnels entre le congrès et le gouvernement et va à l’encontre du principe sacro-saint de la « neutralité de l’ETAT ». 

D’autre part, cette décision marque l’ingérence de l’Etat dans la gestion des politiques publiques et dans un domaine de compétence qui relève de la Nouvelle-Calédonie.

Par ailleurs, je rappelle que la réforme globale de la fiscalité qui devait contribuer à la réduction de la cherté de vie, comprenait notamment la réforme de l’Impôt sur le Revenu des personnes physiques (IRPP) et la mise en place de la contribution sociale généralisée (CSG). Ces points figurent au nombre des engagements qui ont été pris dans le cadre des accords économiques et sociaux signés le 12 juin 2012. 

Partager cet article
Repost0

commentaires