Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Roch WAMYTAN
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie

Vidéos

Citoyenneté calédonienne socle du destin commun
Présentation d'une loi de pays proposant le drapeau du FLNKS comme drapeau du Pays                   
   
Bilan des déplacements dans la région du président du Congrès (coopération interparlementaire)         
       

Archives

16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 22:43

Depuis mon arrivée au congrès, j’ai voulu placer ma mandature sous l’égide de la modernisation et de l’ouverture. C’est dans cet esprit que j’ai effectué ma mission sur Paris. Afin de préparer le congrès à assurer les transferts de compétences et le surcroît d’activité institutionnelle, j’ai souhaité signer avec l’Assemblée nationale une convention de partenariat. J’ai également rencontré le directeur de Sciences Po Paris pour mettre en place une convention permettant la formation de nos élus. Et je vous annonce que les deux experts qui sont venus en Nouvelle-Calédonie, dans le cadre du transfert de compétences du droit civil et dans le domaine économique et fiscal, il y a quelques mois, reviendront restituer leurs rapports courant du mois d’août.signature convention AN

Si le cœur de ma mission était la convention de partenariat avec l’Assemblée nationale, j’ai également effectué des visites protocolaires de différents ministères pour défendre un certain nombre de dossiers. J’ai été reçu à l’Elysée par Monsieur Marc VIZY, conseiller outre-mer de François Hollande, Matignon, le Quai d’Orsay, M. Victorin LUREL, ministre en charge des Outre-Mers, , le cabinet du ministère de la justice, de l’intérieur, le Président du Sénat. Lors de certaines de mes visites, j’étais accompagné par une délégation du sénat coutumier conduite par son président pour traiter un certain nombre de thématiques.

1- Avec le Président de l’Assemblée nationale, M. Claude BARTOLONE, nous avons signés le lundi 9 juillet 2012, une convention de partenariat entre les deux institutions. Cette convention tend à favoriser les relations entre les services de l’Assemblée nationale et ceux du congrès de la Nouvelle-Calédonie et de partager les expériences pratiques et institutionnelles réciproques. Grâce à cette convention, les services du congrès bénéficieront notamment d’un appui technique dans le domaine de la procédure parlementaire et certains agents pourront être accueillis et formés au sein de l’assemblée nationale.

Je tiens à dire qu’il s’agissait de la première convention signée par M. Bartolone depuis son entrée en fonction.

2- J’ai également rencontré le directeur adjoint de sciences Po Paris, M. Francis VERILLAUD ainsi que la directrice en charge de la formation continue afin de pouvoir mettre en place des formations adaptées aux besoins des élus.

Nous envisageons la mise en place d’une convention avec l’institut afin de pouvoir dispenser aux élus de la formation initiale, c’est à dire la participation à certains cours par e-learning à la carte ainsi qu’une actualisation de savoirs dans le cadre de séminaires.

3- Par ailleurs, j’ai souhaité exposer au directeur de cabinet du ministre en charge des affaires étrangères, M. Denis PIETTON, la coopération interparlementaire que je mène dans la région ainsi que les différentes missions menées depuis l’année dernière au Vanuatu, Fidji, Papouasie Nouvelle-Guinée, Iles Salomons, Australie.

J’ai donc demandé au gouvernement français qu’il puisse faciliter cette coopération interparlementaire en mettant en place des conventions bilatérales entre la France et les différents pays du Pacifique, à l’instar de ce qui existe avec le Vanuatu.

J’ai également évoqué la question de la délivrance du visa de M. Franck BAINIMARAMA, premier ministre fidjien, par le gouvernement français. En effet, celui-ci est actuellement chairman du groupe du fer de lance mélanésien et devait se déplacer pour une visite ministérielle en Nouvelle-Calédonie.

4- En ma qualité de président du conseil consultatif de la recherche, j’ai rencontré la directrice générale de l’Institut Pasteur, Mme Dautry qui a souhaité me faire part des relations difficiles que l’institut de Nouvelle-Calédonie entretenait avec les services de santé calédoniens, qui les amènent jusqu’à reconsidérer la question de leur présence en Nouvelle-Calédonie.

Par ailleurs, les différents aspects de leur relogement au sein du futur médipôle ne sont pas réglés.

En qualité de président du comité consultatif de la recherche, j’ai assuré Mme Dautry du soutien et de l’intérêt que portent les autorités institutionnelles à la présence de l’institut en Nouvelle-Calédonie. Je soumettrais cette question à l’ordre du jour d’un prochain comité.

5- J’ai rencontré les deux professeurs de sciences Po Paris qui sont venus en mission il y quelques mois, Mme Marie Anne Frison Roche pour le transfert de droit civil et M. Etienne WASMER pour les questions d’économie et de fiscalité. Je vous annonce qu’ils viendront dans le courant du mois d’août pour restituer leurs rapports.

Lors des visites de courtoisie avec les ministres et membres de cabinet, nous avons évoqués plusieurs thématiques.

1- En premier lieu, la situation politique du pays après les législatives a été abordée, j’ai senti mes différents interlocuteurs très attentifs à la question et ceux-ci ont exprimés les préoccupations du gouvernement sur les suites de ces élections et sur l’état d’esprit des différents groupes politiques et communautés.

Nous avons également évoqués la question des signes identitaires et notamment celui du drapeau.

Je leur ai rappelé qu’une commission sur les signes identitaires avait statué et renvoyé les questions du drapeau et du nom du pays à l’examen du comité des signataires.

J’ai informé mes interlocuteurs qu’il y a aujourd’hui deux propositions de textes déposées sur le bureau du congrès l’une déposée le 5 avril 2011 par moi même en tant que président du groupe FLNKS et la deuxième déposée par le groupe « Calédonie ensemble » le 9 avril 2012.

Je soumettrais l’examen de ces projets à une prochaine conférence des présidents, le but étant d’atteindre les objectifs fixés dans l’accord de Nouméa. En attendant que ce drapeau commun soit mis en place, il va de soi que le drapeau kanak doit rester en place.

Pour ce qui concerne la date de l’élection du président du congrès, elle sera évoquée à l’ordre du jour de la prochaine conférence des présidents. L’idée est de dérouler la session ordinaire afin d’examiner l’ensemble des textes en souffrance et de prévoir l’élection à la fin de la session.

2- Dans un deuxième temps, j’ai évoqué la question de « l’emploi et le rééquilibrage des personnels de la fonction publique en Nouvelle-Calédonie » et plus particulièrement dans les domaines suivants : centre pénitentiaire de Nouville, police, justice, santé, éducation nationale.

En effet, partant du constat que les personnels d’encadrement originaire de Nouvelle-Calédonie, notamment les kanaks sont encore relativement peu nombreux dans les postes les plus élevés de la fonction publique d’Etat en Nouvelle-Calédonie et la fonction publique territoriale, il est nécessaire au regard des défis auxquels le pays devra faire face dans les prochaines années, d’arrêter des objectifs permettant une meilleure prise en compte de la situation particulière des calédoniens.

J’ai donc défendu la mise en place de dispositifs favorisant l’accès de nos jeunes à la formation de grands corps, à l’instar de ce qui a été mis en place pour l’accès à sciences Po selon l’esprit du point 4 1.1 de l’accord de Nouméa : « les formations devront,….mieux prendre en compte les réalités locales, l’environnement régional et les impératifs du rééquilibrage ».

Par ailleurs, j’ai également demandé la possibilité de permettre aux citoyens calédoniens de pouvoir bénéficier dans leurs évolutions de carrières d’une mobilité permettant un retour facilité en Nouvelle-Calédonie.

J’ai aussi remis les dossiers préparés par le syndicat de police territorial, ainsi que ceux des syndicats de l’administration pénitentiaire pour examen aux hautes autorités de l’Etat.

3- La question de la liste électorale spéciale et du tableau annexe.

J’ai alerté mes interlocuteurs sur cette question, je leur ai demandé que l’on puisse travailler ensemble sur les solutions techniques qui permettront de sortir les 1870 jeunes kanaks qui sont actuellement sur le tableau annexe afin de les ramener sur la liste spéciale et leur permettre de voter en 2014.

Je leur ai demandé de réunir le groupe de travail mis en place en 2010 au haut-commissariat et leur soumettre la solution prévue par l’alinéa 4 de l’article 189 de la loi organique qui prévoit que « la commission peut consulter un ou plusieurs représentant de la coutume désignés selon les usages reconnus ayant leur domicile dans la commune et jouissant de leurs droits électoraux ».

4- Les accords économiques et sociaux :

En qualité de président de la commission « vie chère », j’ai fait la promotion des accords économiques et sociaux qui ont été signés le 12 juin dernier au congrès. Je dois vous faire part du vif intérêt du ministre en charge des Outre-Mers, M. Victorin LUREL pour ce document. Il a d’ailleurs dans son cabinet un conseiller qui est spécialement en charge de la vie chère et devrait présenter courant du mois de juillet un communiqué en conseil des ministres sur cette question.

5- Dans le cadre du transfert des compétences de l’article 27, j’ai demandé à ce qu’un audit de l’université soit réalisé comme l’avait annoncé François Hollande dans son programme.

6- Le comité des signataires. J’ai demandé que le comité des signataires se tienne en fin d’année et que le travail engagé par les différents comités techniques, avenir institutionnel, stratégie industrielle, etc…doit être poursuivi.

Partager cet article
Repost0

commentaires