Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Roch WAMYTAN
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie
  • Homme politique, membre de l'Union Calédonienne et du FLNKS, Signataire de l'accord de Nouméa en 1998, Président du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au Congrès de la Nouvelle-Calédonie

Vidéos

Citoyenneté calédonienne socle du destin commun
Présentation d'une loi de pays proposant le drapeau du FLNKS comme drapeau du Pays                   
   
Bilan des déplacements dans la région du président du Congrès (coopération interparlementaire)         
       

Archives

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:19
"Le plan Wamytan sur les rails‏" (sources LNC)

Roch Wamytan avait annoncé il y a quelques semaines qu’il préparait une proposition pour tenter de trouver une issue à la crise politique.

C’est fait. Hier, le président du groupe UC-FLNKS et nationaliste au Congrès, a présenté l’esquisse de ce que pourrait être un gouvernement d’unité calédonienne qui ferait consensus entre les cinq groupes politiques constitués au Congrès, et ayant des membres au sein du gouvernement.
Fiscalité, identité kanak, projet éducatif, service civique, formation professionnelle… La plateforme concoctée par Roch Wamytan et ses alliés a vocation à être une base de discussion avec les autres groupes politiques. « Nous allons bien sûr commencer par l’UNI [le groupe de Paul Néaoutyine, NDLR] puis nous solliciterons les trois groupes non-indépendantistes, le Front pour l’Unité, L’Union pour la Calédonie dans la France et Calédonie ensemble », résume Roch Wamytan.

« Revenir à l’esprit des accords »
« Nous voulons en revenir à l’esprit des accords de Matignon et de Nouméa. Cet esprit est en train de se détruire peu à peu, et nous qui sommes signataires de ces accords ne pouvons pas rester passifs vis-à-vis de cette situation. C’est la raison pour laquelle nous entreprenons cette démarche. Nous sommes un pays en voie d’émancipation, c’est donc par nous-mêmes que nous devons trouver une solution : par la discussion, le consensus et le compromis. Nous proposerons quelqu’un susceptible de porter ça au sein du gouvernement », détaille l’ancien président du Congrès.
En clair, Roch Wamytan ne serait pas fâché de voir un indépendantiste présider l’exécutif, dès lors que cela se passe dans un esprit de collégialité.
En revanche, pas question pour lui de retourner aux élections. « Ça ne servirait strictement à rien. On retrouverait pratiquement les mêmes forces politiques. » Il considère également que ça ne sert pas à grand-chose d’aller à Paris.
Roch Wamytan estime également que le contrat de gouvernance solidaire conclu au lendemain des élections provinciales entre les trois formations non-indépendantistes était déjà, en soi, une entorse à l’esprit de collégialité. « Et maintenant, les voilà qui bloquent tout. C’est une situation que les Kanak vivent de plus en plus mal. »

Partager cet article
Repost0

commentaires